Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bonheur et le sens

Publié le par David

Le bonheur et le sens

Un jeune ami français particulièrement significatif et étudiant aux études supérieures à l'UL me faisait récemment ce commentaire : « Oui c'est compréhensible, toujours et encore le jugement qui pèse lourd... Le tout est de profiter des instants d'amour, des instants charnels et du sourire de l'autre, les meilleurs moments où on se sent heureux et libre ».

Dans ces propos, il soulève le concept du bonheur, d'être heureux. Mais, qu'est-ce que le bonheur ? À quoi le reconnaît-on ? Est-ce quelque chose qu'on trouve, qui nous arrive ou le fruit d'un travail ? Une vie réussite doit-elle nécessairement être une vie heureuse ? À l'aune de quels critères, s'il en est, peut-on mesurer que notre vie est réussite ou non ?

Afin de répondre à ces différentes questions, j'ai relevé un entretien de Matthieu Ricard, docteur en génétique cellulaire, moine bouddhiste tibétain, auteur et photographe. Je cite aussi un article de Boris Cyrulnik, médecin français, neuropsychiatre, éthologue et psychanalyste où il soulève la thèse que pour être heureux, il faut avoir souffert.

                                             __________________________

Au sein de la société occidentale, il y a  une perception erronée du bonheur authentique. En effet, bon nombre de gens pensent que le bonheur est une succession interminable de sensations plaisantes alors qu'il s'agit d'avantage d'accomplissement et d'épanouissement ; une vie qui a un sens où chaque instant de l'existence vaut la peine d'être vécu ! Aussi, ce sentiment de plénitude peut cohabiter avec la tristesse et l'indignation. Cependant, la souffrance n'est pas un état permanent, le bonheur doit être un objectif et l'on doit respecter certains principes, ainsi qu’un apprentissage pour y accéder. De la même manière, certaines qualités (l'amour altruisme, la compassion, l'ouverture aux autres, une juste vision de la réalité) se développent et se cultivent ; le bonheur est un projet de vie et sollicite plusieurs efforts pour l'atteindre. En effet, c'est un processus dynamique où l'on doit exprimer l'acceptation de l'autre avec son histoire et sans jugements, confronter nos valeurs et nos croyances, car à tort, on pense souvent que nos croyances sont les meilleures. Matthieu Ricard souligne bien l'importance d'avoir une bonne vision de la réalité et nous exhorte à considérer la réalité et l'autre non pas comme des entités figées, permanentes et indépendantes mais comme un flot de relations interdépendantes, dynamiques, impermanentes. Donc peu importe notre histoire et au stade où nous en sommes, avec nos défauts et nos faiblesses il n'est pas trop tard, on peut tendre au changement et accéder au bonheur. Cet état est une manière d'être et doit être distingué du plaisir. Il implique un cheminement pédagogique de la même manière que l'on ne peut pas marcher, lire, écrire sans avoir appris, le bonheur doit s'apprendre, alors que l'on croit que les qualités humaines sont innées et « tombent du ciel ». Le bonheur se construit par le partage et l'altruisme. Ainsi cette liberté intérieure ne sera pas alimentée par une confiance arrogante de nos qualités, de nos craintes et conflits intérieurs, automatismes mentaux, anticipations négatives, ruminations ; par le fait même on évite un sentiment de vulnérabilité et d'insécurité, offrant une plus grande ouverture vis à vis des autres.

Cependant, et c’est là que j’interviens avec mon « savoir » en psychologie-médicale, psychiatrique et en santé mentale ; nous ne sommes pas tous égaux devant l’adversité, nous ne sommes pas tous équipés de la même manière pour faire face à certains évènements de l'existence. Certaines prédispositions « favoriseront » la souffrance, le mal de vivre, la tristesse. Or, comme le mentionne ce moine et scientifique, ces sentiments peuvent malgré tout tendres à un sens et à une vie pleinement réussie ! Aussi, pour conclure, notre salut passe systématiquement par les autres, le partage et l’expression d’un amour oblatif,désintéressé et nous éloigne d'un soi narcissique et de notre égo.

Étudiant en philosophie (2ème cycle) « Sens et projet de vie - Partage de sens et dialogue », à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

 

 

Conception du bonheur

Commenter cet article