Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le trouble hypersexuel

Publié le par David 大卫 Li

Le trouble hypersexuel

Allo ! Je ressors d'un autre cours qui traite de sexualité, d'infidélité, et j'arrive avec quelques chiffres ! Nous éviterons de nous obstiner dans une guerre de statistiques et de tomber dans la généralisation. Néanmoins, cela remet certaines de nos réalités en perspective... Donc, savez-vous que deux tiers (2/3) des individus seront infidèles ou vivront une infidélité et qu'au Canada, le nombre de relations sexuelles sont de 3 par mois et légèrement plus chez les couples gays (hommes) (ceci dit, il y en a des plus '' obsédés '' que d'autres, chez qui le sexe est davantage un champ d'intérêt, une passion... Toutes proportions gardées !). Aussi, la durée moyenne d'une relation sexuelle est de moins de 7 minutes, et je ratisse large (au chiffre supérieur). Maintenant, la question se pose, mais qu'est-ce que l'infidélité en 2021 ? La réponse a cette interrogation n'est certainement pas unanime et universelle, mais singulière à chaque couple. Pour certaines personnes, ce sera le simple fait d'émettre un sexto, alors que pour d'autres, ce sera un contact physique, et là encore tout dépend de la pratique ! Une séance masturbatoire ? Jouir grâce à une fellation ou un cunnilingus ? Ou le péché par excellence : une pénétration !? Officieusement, il y aurait une graduation de l'infidélité... Tout au long de ce cours, il a entre-autres été question de pornographie comparée à de grandes productions hollywoodiennes aux effets spéciaux et je vous épargne la subtilité des effets (c.à-d. complètement irréalistes) et de films romantiques qui s'étirent, ils ne se passent pas grand chose, mais mon Dieu que c'est tellement beau ! Ils s'aiment... Voilà comment sont élevés nos enfants (nos pré-ados, adolescents, jeunes adultes) d'aujourd'hui ! Imaginez la débarque à l'entrée en couple... La sexologue a aussi mentionné certaines préférences, elle a cité certains exemples, comme celui d'un couple : le conjoint appréciait regarder sa douce faire l'amour avec un autre homme, tout cela d'un commun accord. Or, le conjoint aimait de moins en moins cette pratique, initiée avec sa femme. Pourtant, par la suite, cette dernière a continué à s'adonner à cette particularité, cette préférence. Elle continua dans la même veine, à coïtcersiser  avec d'autres males. Dans cette situation, jugez-vous qu'il y a infidélité ?

La clinicienne a abordé également la dépendance sexuelle; la masturbation compulsive (le travail autonome, parfois au détriment d'une vie sexuelle avec le chum ou la blonde); les fluctuations de la libido; la ménopause; les nuances (libidineuses, psychologiques, émotives) entre les hommes et les femmes, les différences entre les couples hétérosexuels et de même sexe, ainsi que les couples lesbiens. Imaginez-vous que les gays se stabiliseront en couple plus tardivement que les jeunes hommes hétérosexuels. Cette spécialiste du sexe souligne clairement toutes les possibilités et les moyens disponibles mis à notre disposition pour commettre l'infidélité, à l'ère du numérique. De plus, elle parle de scénarios variés, tel qu' avoir une maîtresse, ou rencontrer une seule et unique fois, dans un moment propice (ou de dépression conjugale), un Rocco Siffredi (acteur, réalisateur et producteur de films pornographiques, au membre surdimensionné, bien pourvu par les dieux, dixit celui qui parle), ou même encore, entretenir une relation extraconjugale sur son lieu de travail, avec une jeune secrétaire ou un collègue de bureau.

Bon, je vais m'arrêter là mais ce n'est un secret pour personne ! Le sexe est un sujet qui me passionne et que je partage actuellement dans le cadre de mes fonctions, au côté de 6 collègues, jeunes femmes sexologues. Avec beaucoup de générosité, elles répondent à mes interrogations, ma soif de savoir et l'on commente sur le pouce, quelques problématiques  vécues par plusieurs de mes patients-es et plus (en tout confidentialité, bien sûr). Le but de ce webinaire auquel j'assistais est de répondre de manière appropriée au client, au patient, qu'il est subi de l'infidélité ou qu'elle soit infidèle, ou quand le couple souhaite se reconstruire (dealer avec l'incident et l'après...), suite à un évènement comme celui-ci. Maintenant, les paroles du jour sont : 

J'ai été infidèle autant que mon mariage m'a été infidèle... dixit un de mes superviseurs cliniques.

C'était à l'époque où j'essayais de comprendre les choses, il s'avère que la sexualité humaine n'est pas une ligne droite mais plus un spectacle du Cirque du Soleil. C'est long, déroutant et remplie de clowns sexy (Benji dans Love Victor).

 

Aujourd'hui jeudi 10 juin 2021, j'étais en formation en compagnie de 6 jeunes femmes sexologues, dont deux sexologues-stagiaires, une sexologue clinicienne et un psychologue. Ces derniers pratiquent au sixième étage de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ), aussi anciennement communément nommer par l'Hôpital Robert Giffard. Parallèlement, elles exercent aussi en bureau privé et au sein d'organismes communautaires. La directrice du Centre, un animateur de groupe en violence conjugale et familiale ainsi qu'en délinquance sexuelle de Lévis et moi étions présents en tant qu'intervenant, thérapeute de groupe, nous sommes tous titulaire d'une maîtrise et plus ou en voie de l'obtenir. Le but de cette réunion informative est celui d'être davantage outillé dans l'éventuelle ouverture prochaine d'un groupe au prise avec un trouble hypersexuel et délinquance sexuelle (judiciarisés).

À l'ordre du jour : le trouble hypersexuel

Le psychologue accompagné de la sexologue étaient donc là pour décrire ce trouble, ses concomitances, et répondre à toutes nos interrogations. Dès le départ, ils ont nuancé le trouble obsessif-compulsif (TOC), le trouble de personnalité obsessive-compulsive (POC) avec le trouble hypersexuel. Ils ont aussi fait la distinction entre avoir une forte libido (plusieurs personnes vont << se cacher >> ou s'identifier derrière ce vocable, cette caractéristique, alors qu'ils ont définitivement un trouble hypersexuel) et le trouble hypersexuel. Ce sont deux états de fait très différent et le second relève de la psychopathologie. Bien évidement, dans ce genre de réunion, la langue de bois est proscrite ! On parle des vraies choses... Pour l'anecdote, j'ai relevé plusieurs mots qui décrit l'air ambiant de ce cours visé : masturbation, 6, 7 fois dans la journée, courgette zucchini, courgette butternut, s'insérer à répétition des stylos dans le vagin, pornographie juvénile (PJ), escortes, travailleuses du sexe, pornographie, sites et applications de rencontres, saunas, ITSS, SIDA, Cialis, Viagra, addiction(s), dépendance(s), zoophilie, alcool, drogues, insensibilisation, glissement, dépression, manque de confiance en soi, dévalorisation etc.